les bénévoles insultent les bénévoles je repete les bénévoles insultent les bénévoles...

jamais un bénévole digne de ce nom n'insultera un bénévole (meme si celui ci n'a jamais été la) et pourtant il y a une difference entre les epoques, le bénévolat etait particulierement utile a une epoque ou il n'y avait rien pas meme une betonniere pour monter des murs, couler des dalles, faire des toits et qu'il n'y avait alors qu'un gros tas de pierres, j'ai connu cette epoque quand j'ai amené , en tant que chef, 20 scouts de France qui ont travaillé 8 jours a raison de 4h par jour à faire principalement des chaines et un petit peu de maconnerie (peu car un peu trop débutant) aucun n'est revenu, il se trouve que je suis revenu ensuite pendant 12 ans pendant mes vacances scolaires puis me suis installé avec une autre bénévole pendant 2 ans dans la premiere maison finie Demoline ou j'ai eu mes 2 filles.

C'est pourquoi je differencie les groupes qui sont venus travailler quelques heures en groupe faire des travaux de groupe indispensables et les bénévoles individuels qui ont passés l'équivalent de mois ou d'années gratuites durant leurs vacances pour uniquement la fierté de voir le village revivre et qui eux se sentent insultés par un personnage récupérateur incapable d'accueillir, qui tout le monde le sait prefere les pierres aux gens, les maisons sans sanitaires, les maisons pas aux normes, les remparts de chateau fermé, les visites bavardes....

Alors j'admire plus particulierement le premier d'entre eux sans qui rien n'aurait été possible Jacques Dupret travailleur infatiguable montant les dossiers l'hiver en même temps que son travail, et du sable et des sacs de ciment pendant ses vacances comme les autres bénévoles mais lui quasiment toute ses vacances.

Gerard Montel